Tous les articles par Justin Jaricot

Théâtre VARIABLE N°2

Le théâtre variable n°2 réunit des artistes-chercheurs et chercheuses dont l’ambition est de créer des formes scéniques qui interrogent le réel en s’en saisissant.


Activités scientifiques

Soucieuse de faire dialoguer recherche pratique et recherche théorique,  l’équipe du Théâtre Variable n°2 s’attache à expliciter les enjeux artistiques, scientifiques et politiques des travaux qu’elle mène en les inscrivant dans un cadre discursif.

Dans le prolongement de chaque création, les membres du Théâtre Variable n°2 sont régulièrement amenés à publier, communiquer ou organiser des rencontres, journées d’étude et tables rondes en lien avec l’une ou l’autre des thématiques abordées ou, plus généralement, avec les protocoles de création adoptés.

Le rêve des formes

Copyright Katja Novitskova, Approximation V, 2013 Impression numérique sur aluminium, support plastique, 125 x 140 x 35 cm. Photo : Nils Klinger. Courtesy de l’artiste et Kraupa-Tuskany Zeidler, Berlin.

Art, Science, etc.

L’exposition Le Rêve des formes, présentée à l’occasion du vingtième anniversaire du Fresnoy – Studio national des arts contemporains, est conçue comme un paysage imaginaire, un jardin monstrueux où se cultivent des formes périssables et des surfaces en germination, des organismes protubérants et de plates silhouettes.

Les artistes et chercheurs rassemblés dans Le Rêve des formes témoignent de leur rencontre avec de nouvelles possibilités de représentation, issues de découvertes scientifiques et techniques récentes, qui bouleversent notre façon de voir et de montrer. En renouvelant grâce à cela le champ du perceptible – nanotechnologies, imagerie de synthèse, scan 3D, stéréolithographie… –, ces nouvelles visualisations nous laissent présumer de géométries encore inconnues.

Des images, des transcriptions, des modélisations, des formes spéculatives produites par les inventeurs et savants des sciences prospectives, issues des mathématiques, de la physique, de la biologie, de l’optique ou de la chimie par exemple, rejoignent ou inspirent des œuvres qui résultent des greffes opérées entre art et science, entre spéculation et invention, par une vingtaine d’artistes contemporains.

Avec : Francis Alÿs, Hicham Berrada & Sylvain Courrech du Pont & Simon de Dreuille, Michel Blazy, Juliette Bonneviot, Dora Budor, Damien Cadio, Julian Charrière, Sylvie Chartrand, Clément Cogitore, Hugo Deverchère, Bertrand Dezoteux, Mimosa Echard, Alain Fleischer, Fabien Giraud & Raphaël Siboni, Bruno Gironcoli, Spiros Hadjidjanos, Patrick Jouin, Ryoichi Kurokawa, Annick Lesne & Julien Mozziconacci, Adrien Missika, Jean-Luc Moulène, Marie-Jeanne Musiol, Katja Novitskova, Jonathan Pêpe & Thibaut Rostagnat & David Chavalarias, Olivier Perriquet & Jean-Paul Delahaye, Arnaud Petit, Jean-François Peyret & Alain Prochiantz, Gaëtan Robillard, Gwendal Sartre, SMITH & Antonin-Tri Hoang, Anicka Yi

Commissaires : Alain Fleischer, directeur du Fresnoy – Studio national des arts contemporains et Claire Moulène, commissaire au Palais de Tokyo

En amont de la tenue de l’exposition Le Rêve des formes au Palais de Tokyo, un groupe de recherche a réuni au Fresnoy des artistes (Hicham Berrada, Julien Clauss, Daniel Dobbels, Emmanuel Guez, Arnaud Petit, Olivier Perriquet, Jonathan Pêpe, Jean-François Peyret, Dorothée Smith) et des scientifiques issus de différents champs (Ada Ackerman, David Chavalarias, Joseph Cohen, Jean-Paul Delahaye, Annick Lesne, Alain Prochiantz, Jean-Philippe Uzan, Raphael Zagury-Orly), afin d’explorer collectivement la question de « l’incertitude des formes ». Leurs échanges nourrissent l’exposition et préfigurent le colloque qui sera organisé les 5, 6 et 7 septembre 2017 au Collège de France, à l’invitation de son administrateur général, le neurobiologiste Alain Prochiantz. Les débats de ce colloque seront retransmis en direct au Palais de Tokyo le 6 septembre.

Alain Fleischer

Exposition

Du 14/06/2017 au 10/09/2017

AU PALAIS DE TOKYO

13 Avenue du Président Wilson, 75116 Paris

À découvrir de midi à minuit, tous les jours sauf le mardi.

L’ATELIER IV // LA COLONIE

Dystopies/Utopies/Hétérotopies

L’utopie n’est pas un point d’arrivée mais un point de départ.
On imagine et on veut réaliser ce qui n’existe pas.

Erri de Luca, 2017

 

Lundi 12 juin, à partir de 18h, la quatrième édition de L’Atelier, un lieu de travail collaboratif imaginé par Françoise Vergès réunissant artistes et chercheurs, ouvrira « ses portes » au public à La Colonie, pour une assemblée autour d’un manifeste de l’Utopie décoloniale.

L’Atelier IV, qui a pour titre « Dystopies/Utopies/Hétérotopies », est partie de ce constat : dans les Sud, la dystopie est devenue un élément de la vie sociale – génocides, traite, esclavage, colonialisme, massacres, travail forcé, économie de dépendance, impérialisme, guerres. L’utopie est ici entendue comme énergie et force de soulèvement, comme invitation aux rêves émancipateurs et comme geste de rupture : oser penser au-delà de ce qui se présente comme « naturel », « pragmatique », « raisonnable ».

Au cours de deux journées précédentes, lors d’assemblées et d’une marche en forêt, L’Atelier aura rassemblé les éléments de cette utopie. La forêt a été choisie pour sa force évocatrice et symbolique : lieu des esclaves marrons, des esprits, des sorcières, des bandits rebelles, des résistants. Elle est le lieu d’une utopie historiquement située et le geste symbolique qui l’a institué – le serment du Bois Caïman le 14 août 1791 dans ce qui deviendra Haïti.

Détails

La Colonie | 128 rue Lafayette | 75010 Paris

18h | lundi 12 juin
L’événement sur facebook

Ajouter à mon agenda

Avec :

Bénédicte Alliot (directrice de la Cité internationale des arts), Lotte Arndt (historienne de l’art), Kader Attia (artiste), Kemi Bassene (artiste), Eva Barois de Carvel (commissaire d’exposition),Jean-François Boclé (artiste), Seloua Luste Boulbina (philosophe), Fabiana Ex-Souza (artiste, chercheuse), Odile Burluraux (conservateure du patrimoine), Marc Cheb Sun (écrivain), Gerty Dambury (écrivain, metteure en scène, comédienne), Myriam Dao (artiste),Yo-Yo Gonthier (artiste),  Christine Eyene (historienne de l’art, commissaire) Sara Guindani-Riquier (directrice de la recherche au Collège d’études mondiales), Antoine Idier (ENSPAC), Léopold Lambert (architecte et éditeur), Olivier Marboeuf (directeur de l’espace Khiasma, artiste), Carpanin Marimoutou (professeur de littérature), Myriam Mihindou (artiste), Yves Mintoogue (artiste), Pascale Obolo (Akrikaada), Natasa Petresin Bachelez (commissaire indépendante et éditrice de L’Internationale Online), Séverine Roussel (architecte), Cynthia Voza Lusilu (artiste), Mawena Yehouessi (Afro-futurisme), Philippe Zourgane (architecte).

http://www.fmsh.fr/fr/college-etudesmondiales/28484

Moving Frontiers

Moving frontiers – Do and undo

/ Faire et défaire
Plateforme expérimentale de recherche artistique,
organise une journée de conférence le 1er juin 2017.

 

En présence de Françoise Vergès,
titulaire de la Chaire « Global South(s) »

 


À La Commune – Centre dramatique national
Petite salle
2 rue Édouard Poisson
93 300 Aubervilliers
Métro ligne 7, arrêt Aubervilliers-Pantin-Quatre Chemins

 

Appel à projets – Recherche & prospective

Candidater avant le 28 mai 2017

Prolongation des appels à projets
Arts & Sciences sociales / Nouvelles conflictualités

Le pôle recherche et prospective de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH), apporte son soutien à la mise en œuvre de projets dédiés à des thématiques novatrices en sciences humaines et sociales (SHS) qui pour la période 2017-2018, porteront sur « Nouvelles conflictualités » et « Art et sciences sociales ».

Cet appel est un nouveau volet dans l’une des principales missions de la FMSH qui consiste à porter son appui scientifique et matériel à des projets de recherche qui en sont à leur début d’élaboration et qui, par cet appui, pourront gagner en contenu problématique, en méthodologie et en constitution de réseaux de recherche. Les lauréats rejoindront les programmes scientifiques de la FMSH et bénéficieront d’un soutien financier à hauteur de 20 000€ pour une période de deux ans.

Arts & SHS

Découvrez l’appel à projets

Les relations entre arts et sciences sont manifestement en train d’évoluer. Elles sont aujourd’hui faites de rapprochements et de connexions qui vont bien plus loin que l’intérêt sociologique ou historiographique que les secondes ont su porter aux premières.

Les projets soumis doivent mettre en œuvre ces rapprochements en associant artistes et chercheurs et/ou  démontrer en quoi les productions artistiques, quelles qu’en soient la nature, élargissent les capacités d’investigation et d’analyse des sciences humaines et sociales.

Nouvelles conflictualités

Découvrez l’appel à projets

Le paysage mondial des conflictualités demande à être inventorié et mis en perspective dans le champ des sciences sociales en requérant quelques clarifications conceptuelles.

L’appel à projets concerne des études de configurations particulières, possiblement comparatives, susceptibles d’apporter une meilleure intelligibilité aux antagonismes ou aux risques d’antagonismes qui accompagnent les processus de globalisation en cours.

Initiative recherche et création

Initiative recherche et création

Pourquoi ?

L’initiative existe pour organiser la mise en réseau d’équipes de recherches, d’institutions scientifiques partenaires (notamment les MSH), et d’institutions artistiques qui consacrent au moins une partie de leurs activités aux thématiques relatives aux arts et aux sciences humaines et sociales.

Ce carnet de recherche sera l’un des bras armés de cette initiative.

Il répond au désir et à l’exigence de penser de nouvelles alliances entre la recherche scientifique et la création artistique, dans leurs modalités respectives d’élaboration et de diffusion.

Quels objectifs ?

Le carnet de recherches rendra compte des activités scientifiques des membres de l’initiative « Recherche et Création ». Il sera alimenté par les contributions des membres du réseau. S’y développeront des réflexions autour, d’une part, de la création comme enjeu de société, et d’autre part, de l’impact des sciences humaines et sociales au sein des processus de création artistique.

Ce carnet publiera également des informations sur les manifestations scientifiques et artistiques prioritairement liées aux Maison des Sciences de l’Homme qui seront partenaires de la plateforme.

Pour quel public ?

L’ensemble des chercheurs et acteurs du monde scientifique qui s’intéressent aux processus et aux créations artistiques pour leur propre discipline de recherche. Les artistes soucieux de repenser leur medium artistique sous l’aiguillon des sciences humaines et sociales.

Qui sommes-nous ?

En développement à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme, cette initiative a pour vocation de devenir une plateforme de recherche à part entière.

Au delà de ses deux axes pilliers, la création artistique et la multidisciplinarité en SHS, ce carnet travaille en collaboration avec les projets hébergés et soutenus par la Fondation Maison des Sciences de l’Homme et le Collège d’Études Mondiales.